FolieJardin Index du Forum
FolieJardin

 
 FAQFAQ   RechercherRechercher   MembresMembres   GroupesGroupes   S’enregistrerS’enregistrer 
 ProfilProfil   Se connecter pour vérifier ses messages privésSe connecter pour vérifier ses messages privés   ConnexionConnexion 


 BIENVENUE SUR LES FORUM FOLIEJARDIN 
Bonjour Invité
En lisent attentivement les règles générales du forum, nous garderons tous le sourire typique des joyeux jardiniers.

 
Mauvaises herbes

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FolieJardin Index du Forum >>> POTAGERS >>> LES LÉGUMES
  Sujet précédent .::. Sujet suivant    
 
Auteur Message
     
alpha22
Fondateur
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 596
Localisation: Crissier-Suisse
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 631
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 01:33 (2008)    
Sujet du message: Mauvaises herbes
Répondre en citant

Il n'y a pas de mauvaises herbes. Il y a des herbes que nous dérangent.
_________________
Victor vous salue et vous remercie de votre visite


Dernière édition par alpha22 le Lun 3 Mar - 02:37 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
     
     
Publicité







MessagePosté le: Lun 3 Mar - 01:33 (2008)    
Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
     
     
alpha22
Fondateur
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 596
Localisation: Crissier-Suisse
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 631
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 01:36 (2008)    
Sujet du message: Pitié pour les mauvaises herbes
Répondre en citant

Citation:
Pitié pour les mauvaises herbes: elles ont développé des trésors de courage pour survivre

par Patricia Brambilla, journaliste RP


Contrairement aux jardiniers, les botanistes ne parlent pas de "mauvaises herbes", une espèce de plantes qui n'existe pas du point de vue scientifique. Ce terme subjectif désigne en effet tout végétal non désiré dans les cultures. Pour les chercheurs, les jouets-du-vent, dents-de-lions et autres bourses à pasteurs sont des passagers clandestins sympathiques. Voyage dans un univers aussi poétique qu'attachant.

Quand on évoque les mauvaises herbes, pas besoin d'être botaniste pour savoir de quoi il s'agit. Tous les jardiniers, ceux du dimanche y compris, ont une idée très claire, voire même quelques souvenirs agacés à leur propos: qui n'a pas buté contre une vilaine dent-de-lion cramponnée au petit chemin de terre? Qui ne s'est pas acharné, râteau et sarcloir en mains, sur quelque coriace chiendent, impossible à éradiquer définitivement? Sans parler du liseron qui s'entête sournoisement à étouffer les roses. C'est bien connu: les mauvaises herbes sont toujours là où on ne les veut pas. Pire: elles s'obstinent à revenir.

Difficiles à arracher et difficiles à définir

Si les jardiniers et les agriculteurs ont une idée très pratique de ce qu'est une mauvaise herbe, les botanistes sont plus nuancés, parce que d'un point de vue scientifique, il n'y a pas de "mauvaise" herbe: "C'est en fait un terme subjectif, dans le sens où il peut s'appliquer à tout ce qui parait nuisible. Un grand sapin devant votre fenêtre, qui vous dérange parce qu'il vous obstrue la vue, peut, dans une certaine mesure, être considéré comme une mauvaise herbe", sourit Sibyl Rometsch, assistante à l'institut de botanique de l'UNIL. Boutade qui en dit long sur l'arbitraire d'une telle appellation. Le botaniste suisse Alphonse de Candolle (1855) parlait, lui, d'"espèces cultivées involontairement". Le Larousse actuel fait mention de "plantes sauvages dont la croissance rapide nuit aux plantes cultivées". Nuisance, le critère est lâché. Les paysans le savent bien, eux qui voient avec une certaine angoisse les grandes taches noires des jouets-du-vent envahir leurs champs. Cette graminée, au nom pourtant si poétique, devient très haute et finit par faire de l'ombre aux céréales qu'elle squatte sans vergogne. Du coup, les céréales à l'ombre murissent moins rapidement que celles qui sont au soleil. Résultat: toute la récolte n'arrive pas à maturation en même temps, ce qui pose des problèmes pour la moisson.


Source Allez savoir (Magazine de l'Université de Lausanne)

_________________
Victor vous salue et vous remercie de votre visite


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
     
     
alpha22
Fondateur
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 596
Localisation: Crissier-Suisse
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 631
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 01:39 (2008)    
Sujet du message: Les piquants du néolithique
Répondre en citant

Citation:
Les piquants du néolithique

Au fond, comme son nom l'indique, la mauvaise herbe est une mal-aimée. Une indésirable opiniâtre qui n'est pas née de la dernière pluie. Elle serait même suffisamment ancienne pour avoir fait souffrir les tout premiers cultivateurs (5000 av. J.-C.): "Il est assez piquant d'imaginer que l'homme néolithique se frottait déjà à l'ortie dioïque et au chardon, qu'il se prenait les pieds dans le liseron, toutes espèces entre autres déjà présentes dans la flore indigène", raconte Pierre Hainard, professeur à l'Institut de botanique de l'UNIL. C'est que les mauvaises herbes sont des opportunistes nées, qui ont su tirer profit du retrait des glaciers, puis des nouveaux espaces mis à nu par les premiers agriculteurs. La plupart d'entre elles, appelées apophytes, sont donc des espèces ancestrales qui font partie de notre flore indigène: le mouron des oiseaux, le liseron et le cirse des champs sont des témoins privilégiés des premières cités lacustres.



Les passagers clandestins des cultures

D'autres mauvaises herbes sont arrivées plus tard, à l'âge du Bronze et du Fer. Celles que l'on nomme les archéophytes sont en réalité des passagers clandestins: elles ont accompagné incognito les céréales en provenance du Moyen-Orient et ont colonisé les terres méridionales puis celles de l'Europe centrale au rythme des conquêtes romaines. On croit aujourd'hui qu'elles ont toujours fait partie du paysage: qui oserait expulser bleuets et coquelicots, nielles des blés et pieds-d'alouette? Autant d'espèces qui sont totalement assimilées.

Une dernière vague a jeté ses racines en Europe, profitant des grands brassages liés à la découverte de l'Amérique. Verges d'or et queues de renard ont ainsi accompagné la pomme de terre, la tomate et les autres produits importés. Ces néophytes - on les appelle ainsi puisque ce sont les dernières arrivées - sont particulièrement agressives: comme tout nouveau colon, elles ont conservé leur force conquérante intacte.


source Allez savoir (Magazine de l'Université de Lausanne)
_________________
Victor vous salue et vous remercie de votre visite


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
     
     
alpha22
Fondateur
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 596
Localisation: Crissier-Suisse
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 631
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Lun 3 Mar - 01:41 (2008)    
Sujet du message: LE PAILLAGE[
Répondre en citant

Citation:


LES "MAUVAISES HERBES"

Avant de les détruire, apprenez à les reconnaître, celles-ci sont une indication sur la nature de votre sol

LES ANNUELLES

LA BOURSE A PASTEUR: Fréquente dans les rocailles mais aussi dans les potagers où le sol est meuble, humifère et riche en azote. Cette plante s'arrache très facilement mais ses graines se dispersent très facilement (une seule plante peut disperser 5000 graines dans la nature.

LA VERONIQUE: Se développe bien dans les terrains pas trop secs et riches en azote. Des binages suffisent à l'éliminer

LE SENECON: Se plait dans les endroits riches en azote. Celui-ci peut germer croître et fleurir en 5 semaines et se réenraciner après binage. Chaque pied peut produire jusqu'à 500 graines. Il vaut mieux donc l'arracher ou le sarcler avant la dissémination des graines. Il est inutile de de les déraciner; il suffit de les décapiter.

LE PATURIN ANNUEL: Se plaît dans tous types de sols mais préfère les terres sableuses et riches en azote. Des binages réguliers permettent d'en venir à bout

LA MOUTARDE DES CHAMPS qui se plaît surtout en terrain calcaire et argileux.

LE MOURON DES OISEAUX OU MOURON BLANC qui aime les terres meubles et fertiles, les sols riches des cultures potagères. C'est une des plantes les plus tenaces au jardin qui fleurit toute l'année. Arracher ou sarcler énergiquement.

LA CARDAMINE HIRSUTE: Ses graines sont présentes dans les terreaux. Les touffes s'arrachent facilement à la main mais il faut intervenir le plus tôt possible avant la formation des graines.

LE CHENOPODE BLANC: Le chénopode peut produire jusqu'à 28000 graines par pied. Un paillis très épais peut suffire à le combattre

LE GAILLET GRATTERON:
Apprécie les calcaires et azotés. Il s'arrache tout seul après une bonne pluie.

LE FUMETERRE: Apprécie les sols calcaires ou argilocalcaires pas trop secs et meubles. Il s'arrache facilement à la main. Ses graines se dispersent facilement.

LE LAITERON MARAICHER: Il apprécie les terres bien travaillées, riches en azote et en humus. A éliminer avant qu'il soit adulte car il possède une racine pivotante difficile à extirper.

L'EUPHORBE REVEILLE MATIN: Ses graines sont disséminées par les fourmis. Il suffit de les arracher ou de biner superficiellement pour s'en débarrasser.

LA RENOUEE DES OISEAUX



LES VIVACES

LE CHARDON : On le trouve dans des sols fertiles, argileux et humides. Cette plante développe des drageons qui forment ensuite des rosettes à la surface du sol.

L'OXALIS CORNICULE: Cette plante se multiplie essentiellement par ses petits bulbes qui se disséminent aisément

LE CHIENDENT: Cette graminée produit de nombreux rhizomes qu'il ne faut pas laisser en terre lors du travail du sol.

L'OSEILLE SAUVAGE: Celle ci se régénère difficilement si on lui enlève au minimum les 5 cm supérieurs de sa racine

LA GRANDE ORTIE: Sa présence est un signe de fertilité du sol

LA PRELE DES CHAMPS: Aime les sols acides et argileux, humides et mal drainés, les fossés, les lisières de bois et les marais

LE LAMIER BLANC

LE LISERON DES CHAMPS: Apprécie les terrains sablonneux et argileux. Ses racines peuvent atteindre des mètres. Chaque bout de racine oublié peut donner naissance à une nouvelle plante

LA CHELIDOINE: S'arrache facilement mais se reproduit facilement grâce aux fourmis qui dispersent les graines

RENONCULE BULBEUSE (BOUTON D'OR): C'est une plante vénéneuse qui aime les sols lourds et argileux

LE PISSENLIT : Ses racines pivotantes doivent être complètement éliminées pour ne pas repousser


COMMENT S'EN DÉBARRASSER ?

Tout d'abord, sachez que ces "mauvaises herbes" sont avant tout des plantes sauvages qui sont nécessaires à l'équilibre d'un jardin bio. En effet, de nombreuses plantes sont nécessaires aux insectes utiles qui contribuent à l'élimination des parasites. Ne vous jetez donc pas sur les désherbants dès qu'une mauvaise herbe pointe son nez. Veillez surtout à éviter que celle-ci monte en graine si celle-ci s'avère trop envahissante.



PLANTES HERBICIDES

Certaines plantes seraient réputées produire des substances toxiques contre le chiendent notamment et autres herbes indésirables. les plus efficaces seraient les œillets d'Inde, les roses d'Inde et le soucis.

Le soja, millet, seigle, sarrasin peuvent servir, en culture, enfoui dans le sol à combattre le chiendent.

La tomate peut aussi éliminer le chiendent à condition d'enfouir les tiges et les feuilles en terre une fois la récolte achevée.

Les plantes couvre sol ont une action herbicide plus tangible dans la mesure où elles privent d'eau et de lumière les plantes qui germent sous le tapis qu'elles constituent.



LE FAUX SEMIS

Deux semaines avant la date du vrai semis, préparer soigneusement la terre et arroser. Attendre la levée des graines de plantes indésirables. Un coup de râteau suffira à éliminer les plantules



LE BINAGE ET ENCORE LE BINAGE

Seuls des binages réguliers viendront à bout des herbes indésirables. Pour éviter que les herbes ou racines oubliées sur le sol ne donnent naissance à de nouvelles plantes, biner par temps sec et chaud, le matin de préférence pour favoriser leur dessèchement.



LE DÉSHERBAGE THERMIQUE

L'écobuage , le traitement à la lance thermique ou à la vapeur bouillante peuvent s'avérer efficaces mais ne sont pas des techniques appartenant à la culture naturelle. Elles détruiraient la microflore de la couche active et altéreraient les caractéristiques chimiques et physiques du sol, ainsi que son PH.



LES RECETTES

Sur les allées, arroser avec de l'eau chaude additionnée de gros sel

Le purin d'angélique serait efficace contre les "mauvaises herbes" (faire macérer 1 kg d'angélique dans 10 litres d'eau)

L'eau de cuisson des pommes de terre possède des vertus herbicides encore plus efficaces lorsque l'eau est bouillante.

Au printemps avant de jardiner, arroser l'endroit que vous souhaiter désherber. Le lendemain, arroser de nouveau avec de l'eau javellisée. Les mauvaises herbes jauniront.



LE PAILLAGE

Après un bon binage, déposer une couche de 10 cm de paillis (tonte de gazon, paillettes de lin etc.)

De même, la pose d'un film de plastique noir peut empêcher la prolifération de certaines herbes indésirables.



LES BONNES "MAUVAISES HERBES"

L'ortie qui non seulement aide les plantes voisines à devenir plus résistantes, mais augmente aussi la teneur en huiles essentielles des herbes qui poussent auprès d'elle: valériane, angélique, marjolaine, sauge et menthe. Il est indispensable de les garder dans un coin du jardin pour la préparation des composts et du purin d'ortie.

L'euphorbe qui aurait la réputation de tenir à distance la taupe, la souris et le mulot

La digitaire sanguine aide à la conservation des fruits et légumes qui se sont développés auprès d'elle.


Source Les trucs du jardinier

_________________
Victor vous salue et vous remercie de votre visite


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
     
     
alpha22
Fondateur
Fondateur


Hors ligne

Inscrit le: 06 Juil 2007
Messages: 596
Localisation: Crissier-Suisse
Masculin Bélier (21mar-19avr) 馬 Cheval
Point(s): 631
Moyenne de points: 1,06

MessagePosté le: Sam 21 Juin - 23:47 (2008)    
Sujet du message: Mauvaises herbes
Répondre en citant


 
Citation:

Les mauvaises herbes

  
Il est un fait connu de tous jardiniers professionnels ou amateurs. Les mauvaises herbes sont pour la plupart très résistantes à toutes conditions de climat. Dame Nature l’a voulu ainsi, ne serait-ce que pour leur permettre de survivre dans la jungle de leurs concurrentes. Mais au cours de ces canicules, par des 25° à 35° C, certaines se posent en championnes et se permettent même de croitre généreusement alors que leurs consœurs se mettent en latence. Nous en avons choisi 5 parmi les plus étonnantes.
Le cynodon dactylon (en français, l’herbe des Bermudes) famille des graminées et du chiendent. C’est peut-être la plus spectaculaire car elle ne se développe bien qu’à ces températures. A ces périodes, elle prend le dessus particulièrement dans les gazons, les jardins et les friches et s’installe inamicalement en volant la place aux plantes de cultures qui peinent à résister. Le cynodon se développe par des drageons d’une résistance terrible (presque incassables à la main) et s’impose sans partage. On ne les aperçoit pratiquement pas tant que le thermomètre reste au dessous de 20 à 25° et ils se dessèchent dès que l’automne arrive, tout en restant très solides.
Les Millets. Également de la famille des graminées, mais annuelles et n’hivernant donc pas.
Ils ne germent pas tant que le sol n’a pas atteint 20°. On ne les voit donc pas avant fin mai, début juin et ils disparaissent vers la fin de l’automne. Mais entre-temps ils se développent à merveille dans les gazons et les jardins. On les reconnaît par la teinte plus claire de leur feuillage et le fait qu’ils s’arrachent assez facilement. Quoique d’apparence désagréable dans les pelouses où ils s’installent souvent fortement surtout lors des canicules, ils ne les détruisent que rarement et le gazon reprend sa place dès qu’ils ont disparu.

L’égopode podagraire ou l’herbe aux goutteux
Cet adventice de la famille des ombellifères se développe dans pratiquement tous les jardins et les zones incultes, les arbustes, les petits fruits, les rocailles et les vivaces. Elle est présente tout au long de l’année mais sa résistance à la chaleur est nettement supérieure, ce qui lui permet de s’étendre et se multiplier particulièrement lors de périodes chaudes. Elle est souvent considérée à juste titre comme la mauvaise herbe la plus envahissante.

Le Liseron
Tout le monde le connaît. Il fleurit à merveille en plein été lors de forte luminosité et profite du relâchement de la vigilance des jardiniers pour recouvrir toutes plantes et arbustes sur lesquels il a jeté son dévolu. Il est pratiquement indestructible de façon permanente et réapparait dans les quelques jours qui suivent son arrachage.

Le trèfle blanc rampant
En voilà aussi un qui se passe de description. Il n’en reste pas moins qu’il représente l’une des plantes vivaces les plus résistantes à tous types de météo. Tout comme ses confrères ci-dessus, il affectionne nettement les époques de chaleur pendant lesquelles ses facultés de résistances naturelles lui permettent de drageonner et d’agrandir son territoire sans tolérer la concurrence.

Au sujet de toutes ces adventices, nos rubriques relatives à ces végétaux dans le magazine Jardin romand les décrivent de façon plus détaillée et apportent les moyens de les contrôler.



Source







_________________
Victor vous salue et vous remercie de votre visite


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
     
     
Contenu Sponsorisé







MessagePosté le: Aujourd’hui à 03:35 (2017)    
Sujet du message: Mauvaises herbes

Revenir en haut
     
Montrer les messages depuis:   
 
     
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    FolieJardin Index du Forum >>> POTAGERS >>> LES LÉGUMES Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com
Thème réalisé par SGo